Confinés d’Ailleurs : Jean-François et Paki au Costa Rica

9 mai 2020 - Rtrip Voyages

Le confinement, comment le vivent les Français à l’étranger ? Immobilisés au Costa Rica, un couple de voyageurs raconte leur évasion plus longue que prévue…

« Il y a pire comme endroit pour rester coincés ! » Au moment de la déclaration du confinement en France le 17 mars, Jean-François et Paki sont au milieu de leur circuit au Costa Rica. Très vite, les Etats-Unis, par lesquels ils doivent transiter pour leur retour, ferment leurs aéroports et annulent la majorité des vols sans préavis. Malgré les démarches auprès de l’Ambassade de France, le rapatriement des voyageurs se fait par ordre de priorité (personnes fragiles ou âgées, impératifs professionnels,…), alors ils sont toujours sur liste d’attente. « A mon travail, ils se montrent compréhensifs, alors rentrer en France pour rester confinés, à quoi bon ? Vu que c’est possible, autant rester où nous sommes ! »

« Nous avons la chance d’être hébergés par un couple de français, dans une résidence de 4 bungalows. Nous bénéficions d’un tarif plus que réduit et nous sommes les seuls voyageurs qu’ils accueillent. Le confinement à 4 se passe bien, et cela rassure de pouvoir compter sur cette solidarité. Ensemble, nous nous répartissons les tâches ménagères (courses, cuisine, vaisselle,…), et j’aide à l’entretien et à l’amélioration de la propriété. »

confines ailleurs costarica2 v2

« Au Costa Rica, le confinement a été déclaré un peu plus tard, le 30 mars. Le gouvernement a très vite pris l’affaire au sérieux : fermeture des frontières aériennes et terrestres, interdiction de toutes les activités touristiques, fermeture des plages et des Parcs Nationaux, couvre-feu de 19h à 5h avec patrouilles de la police et de l’armée, fermeture des bars et restaurants et interdiction de vente d’alcool dans les supermarchés, circulation réduite et alternée selon les numéros de plaque des voitures,… Il y a un vrai souhait de transparence de la part du Gouvernement (conférences de presse du Président et des ministres 2 fois par jour), et les habitants sont disciplinés : il faut passer par là alors ils respectent les mesures. Et puis, les amendes sont équivalentes à un quart du SMIC local, ça dissuade ! Les distances de sécurité sont respectées, avant de rentrer et en sortant des magasins, obligation de se laver les mains ET d’utiliser du gel hydroalcoolique, tout se passe dans la bonne humeur. Mais rester plus longtemps que prévu nous apprend aussi à voir ce qui se cache derrière l’aspect paradisiaque du Costa Rica : un pays rude, où les plus démunis, notamment ceux qui ont perdu leur travail, luttent pour survivre. Par exemple, des tables sont à disposition dans les magasins pour y déposer des vivres à distribuer aux personnes dans le besoin ; régulièrement, quand nous avons trop cuisiné à manger, nous le distribuons aux voisins. Toujours dans l’humilité et sans insister, les Costariciens sont très fiers ! »

confines ailleurs costarica

« Après plusieurs semaines, c’est vrai que nos familles nous manquent, ainsi que la bonne charcuterie de chez nous ! Avec le fait d’être loin, nous ne nous sentons pas du tout soutenus par la France, malgré le contact avec l’Ambassade, mais plutôt laissés pour compte. Cependant, voyons plutôt le bon côté des choses ! Ce pays nous a séduit petit à petit et de plus en plus, nous partageons avec les habitants cette situation de crise et nous comprenons mieux leur mode de vie, leurs façons de penser. Et nous avons l’occasion d’expérimenter véritablement les valeurs du pays, la solidarité et l’entraide, le partage et le sourire, la gentillesse et la joie de vivre : Pura Vida, comme on dit ici ! »

confines ailleurs costarica1 v2

+33 (0)6 22 69 15 17
contact@rtrip.fr